Sensibilisation contre les Mauvaises pratiques relatives à la période électorale en Haïti à partir des œuvres de Maurice A. Sixto


Sensibilisation contre les Mauvaises pratiques relatives à la période électorale en Haïti à partir des œuvres de Maurice A. Sixto
Octobre 2015
_____________________________________________________________________________________
En Haïti, la période électorale est traditionnellement un espace où certaines pratiques corruptrices, pour le moins destructives contrastant au prescrits démocratiques sont mises en œuvres par les candidats pour troubler l’esprit des moins attentifs afin d’induire à l’erreur la majorité des électeurs. Dans certaines de ses œuvres, le sociologue humoriste Maurice A. Sixto n’a pas manqué de présenter au grand public et au grand jour un tableau sombre de cette réalité qui interpelle la conscience des plus avisés en les incitant à s’interroger sur les moyens à utiliser pour dénoncer ses actions abusives perpétrées sur l’électorat et ayant des effets négatifs sur l’ensemble de la population. Ainsi, la fondation Maurice A. Sixto dont l’objectif est d’assurer la continuité des travaux de cet Homme dont les œuvres ne cessent d’objectiver les abus, les injustices, les préjugés, les inégalités et disparités de toutes sortes, a proclamé le mois d’octobre 2015, mois de la sensibilisation contre les mauvaises pratiques relatives aux élections en Haïti à partir des œuvres de Maurice A. Sixto avec le support financier de IDEA International.
Certains partenaires de la fondation comme IDEA International, La Fondation Konesans ak Libète ( FOKAL), le Centre Culturel Pye poudre et le centre culturel ARAKA ont été contactés afin d’ être informés de l’objectif et des activités y relatives. Une dizaine de stations de radio et télévision ont aussi été invitées à y prendre part.
Comme souligner ci-dessus, la sensibilisation a commencé dans les institutions partenaires et allait se poursuivre en réalisant les 4 conférences dans des espaces ciblés. (Voir le tableau I). Une édition spéciale de Caraïbes Culturelles le 12 octobre a été également réalisée et diffusée afin d’attirer l’attention de la grande foule.

Calendrier des activités

Date Lieu / Heures Intervenants-es

16 octobre 2015 3 Hres / Centre culturel ARAKA 230, Rue de l’enterrement Monsieur Ashley Laraque
Texte: Bòs Chaleran

17 octobre 2015 11 hres / Le Villate # 12 Rue Villate
Monsieur Abbé Bernard
Texte: Ton Charles

19 octobre 2015 2hres / Faculté de Médecine de L’UEH Monsieur Smith Maxime
Texte: Elie Lescot

20 octobre 2015 2heures / Centre Culturel Pye Poudre 312, route de Bourdon Madame Danièle Magloire
Texte: Diktati

La première conférence a eu lieue au centre culturel ARAKA le 16 octobre de 3heures a 6heures30 PM. Le Conférencier Ashley Laraque, présent depuis 1hres 30 pm, a assisté une petite animation en prélude à la conférence. Tout de suite après ( Bòs Chaleran ) l’œuvre directrice de l’activité a été tournée afin d’introduire le public dans l’univers du sociologue et humoriste. Après avoir auditionné un extrait de l’œuvre la conférence a commencé. L’accent a été mis sur l’aspect politique de l’œuvre où le conteur présente les peines des paysans à trouver de quoi survivre et les fausses promesses accompagnées de grands festins qui se réalisent à la veille des élections. Une présentation rigoureuse des mauvaises pratiques relatives a cette période en parallèles à ce qui devrait ce faire réellement dans un contexte démocratique a occasionnée un enrichissant débat entre le conférencier et les participants, parmi lesquels des élèves ( filles et garçons) en âge de voter, des journalistes dont Jacques Adler Pierre de la RTVC, Inema Jeudi de La RTNH, Lord Byrond du journal Le National et autre citoyens. (Voir photos et tableaux de présence)
Les participants sont satisfaits et souhaitent que ces sensibilisations de fassent régulièrement et non pas aux périodes électorales seulement.
Le 17 octobre à 11 heures au restaurant le Villate à Pétion-Ville, a eu lieu la deuxième conférence. Le conférencier Abbé Bernard a précédé le public d’une heure d’avance, ce qui lui a donné l’occasion de nous livrer quelques considérations pour ces genres d’activités qu’il souhaiterait accueillir dans le Plateau central ou il exerce la fonction de Directeur département de l’Institut du Bien Etre Social et de Recherches (IBESR).
A 11 heures, l’activité a commencé par la diffusion de l’œuvre directrice de l’activité (Ton Charles), une œuvre relatant l’histoire d’un homme qui a consentit de livrer sa femme pour la satisfaction sexuel d’un effectif incalculable d’hommes afin d’être nommé Sénateur de la république.
Le conférencier au prime abord a présenté au public son plan d’intervention allant de la mise en contexte à l’interprétation sociologique du contenu de l’œuvre en passant par les actes similaires qui se font dans le contexte électoral. Il a également intervenu sur les élections du 9 Août 2015 et a même questionné le fait que presque toutes les femmes n’ont pas été admises au deuxième tour.
Les pratiques relatives aux élections en Haïti laissent peu de chances à celles et ceux qui n’utilisent pas la violence et manœuvres autoritaires.
Une intervention rigoureuse qui a incité aux participants particulièrement les femmes de prendre le micro soit pour corroborer les dires du conférencier soit pour expliquer les causes des ces mauvaises pratiques, elles dénoncent la faiblesse de la justice et les institutions devant garantir la protection des citoyennes et citoyens, seulement les LWIJANBOJE pouvaient exercer librement leur droit de vote, la mésinterprétation des notes de la police relatives a la circulation des voitures ( une sorte de grève). Les menaces de violences dénoncées très top à la radio ont empêché aux femmes et aux hommes de prendre les rues pour exercer leur droit et l’exemple est aussi valable pour beaucoup de jeunes des deux sexes qui ne voulaient pas être agressés.
Ils ont conclu en disant ; < tant que la sécurité n’est pas garantie les élections seront des sélections >.
La troisième conférence devait avoir lieue au centre culturel ARAKA pour les étudiants de la Faculté de Médecine vu la construction des locaux, une entente s’est trouvé entre les étudiants de la faculté de médecine, La fondation Maurice A Sixto et le centre culturel ARAKA facilitant le déplacement de tous les matériels à la faculté pour faciliter au plus grand nombre d’étudiants la participation et du même coup éviter la circulation dans les rues au moment ou les candidats préparaient leurs chars dans l’environnement du stade Sylvio Cator. A partir de cette entente la conférence a eu lieu dans les locaux de la faculté de médecine. En présence de plus de 120 étudiants de niveaux confondus. Mais seulement les 70 premiers invités ont été autorisés à signer la feuille de présence.
Un petit retard de 20 minutes a été observé de manière à faciliter la logistique d’ARAKA à la Faculté de Médecine. Le Professeur, Historien Derex Petit Jean qui au dernier moment a remplacé Monsieur Smith Maxime a de manière pédagogique et stratégique aborder l’œuvre directrice (Elie Lescot) en le plaçant dans son contexte historique. La nomination de l’homme politique et ses actions qui ne vont pas aux prescrits démocratiques, en raplant que ce dernier a déclaré Laguerre au Japon avant les Etats-Unis d’Amérique, ses rapports avec le Dictateur Dominicain Trouillot qui a manœuvré l’assassinat de 20, 000 haïtiens sur la frontière séparant les deux pays. Débat qui était d’une grande importance que 12 étudiantes et étudiants ont pris la parole à leur tour pour placer leurs points de vue.
Les Etudiantes et étudiants ont enfin souhaité que ses interventions soient beaucoup plus régulières pour aider la population particulièrement les jeunes à mieux comprendre leur Histoire afin d’agir en bon citoyennes et citoyens.
C’est au centre culturel Pye Poudre qu’a eu lieu la dernière conférence, le 20 octobre à 2 heures. La Sociologue et économiste Danielle Magloire, a rapproché les mauvaises pratiques électorales et l’arbitraire, la dictature. Elle a même pris des exemples dans une autre œuvre ( Gromoso ) pour présenter l’intolérance du petit soldat à l’égard de Gromoso. La constation est grave quand on analyse les cas d’intolérance dans une structure démocratique. Les participants voulaient d’avantage rester afin de triturer l’esprit de Madame Magloire pour faire sortir d’autres arguments. Ils ont également demandé à la conférencière et la directrice de la Fondation de réaliser une nouvelle conférence au thème : Gromoso et l’intolérance. L’intolérance est présente dans la période électorale et est exprimée sous plusieurs formes par plusieurs acteurs ; les affiches d’un candidat déchirées par les partisans d’un autre, les billboards excessivement cher dans un pays misérable en sont des exemples forts éloquents.
Le mois de sensibilisation a eu un grand succès exprimé par les bénéficiaires et les intervenants. Les interventions tant dans les medias que dans les conférences ont occasionné des réflexions profondes sur les pratiques corruptrices exercées par les leaders dans les périodes électorales. Un changement de comportement dans la façon de choisir un candidat est la promesse faite par les bénéficiaires. Ils souhaitent également de participer à d’autres activités de ce genre sous l’initiative de (IDEA International en partenariat avec la Fondation Maurice A. Sixto) de manière à promouvoir la démocratie en Haïti. La Fondation Maurice A Sixto est fière de travailler avec une aussi prestigieuse Institution qu’IDEA International et souhaiterait continuer à œuvrer dans le même sens dans d’autres projets.

  • Notre Newsletter

  • Intéressé a faire un don ?

    Il existe de nombreuses façons de s’impliquer. Faites du bénévolat ou donnez simplement un don financier. Chaque dollar fait une différence.